Église de Schermerhorn 13

Église Schermerhorn

Adhésion, comportement à l’humidité

Après un test de 3 ans entre 2013 et 2016, mesurant l’adhérence de ClimateCoating® ThermoPlus et l’évolution du taux d’humidité dans les murs massifs de l’église, il a été décidé de traiter l’intérieur de l’église avec ClimateCoating®. Cette décision a été motivée par la bonne adhérence et la réduction des valeurs d’humidité dans les murs.

Les problèmes de la Grande église de NL-1636 Schermerhorn étaient que de grandes parties des murs extérieurs présentaient des décolorations et que le plâtre s’effritait. La phase de test a débuté le 31 octobre 2013. L’objectif était de trouver des réponses aux questions suivantes : 1) Quelles sont les causes de ces écailles sur et dans les murs ? et 2) Comment restaurer les murs de manière économique et structurée ?

Des montages d’essai ont été créés à cet effet : Zones d’échantillonnage et points de mesure. La base de la décision était claire : le revêtement sur les surfaces de l’échantillon va-t-il adhérer et l’humidité dans les murs peut-elle être réduite ? Le choix s’est porté sur le mur de l’abside, où se posaient les plus gros problèmes. Les premières mesures d’humidité effectuées en octobre 2013 ont montré : que l’humidité dans les murs extérieurs n’est pas constante ; qu’il n’y a pas de corrélation claire entre les différentes hauteurs de colonnes montantes.

En novembre 2013, une analyse de la perméabilité à la vapeur du plâtre existant a été réalisée. Les parcelles d’échantillonnage ont été établies en novembre 2013, et les premières mesures ont été effectuées en février, mai, août et novembre 2014. En plus de fournir les matériaux, Coateq a également fourni un soutien technique. Les séries de mesures ont été prolongées jusqu’en 2016.

Stelling van Amsterdam 05

Stelling van Amsterdam

Augmentation des températures de surface, réduction du bruit

Le fort St. Aagtendijk fait partie du site du patrimoine mondial de l’UNESCO “De Stelling van Amsterdam”. ClimateCoating® ThermoPlus a été appliqué pour le compte de l’organisation “Stadsherstel NV”.

L’ancien revêtement anti-salissures a été réparé au préalable. Le revêtement avec ClimateCoating® Interior a permis d’observer les effets suivants : moins de bruit, une meilleure répartition de la chaleur et donc plus de murs froids.

Maison résidentielle au Portugal 01

Maison résidentielle au Portugal

En peignant l’intérieur avec ClimateCoating® ThermoPlus, les températures de surface des murs et des plafonds ont été rapidement élevées et l’humidité de l’air ambiant et des murs a été réduite.

M. Jean-Paul Drauth a fourni des résultats de mesures effectuées à son domicile, à environ 60 km au sud de Porto, en avril 2008. Le 26.03.2008, il a peint le plafond et le 30.03.2008, les murs ont été revêtus de ClimateCoating® ThermoPlus. La construction des murs est la suivante : construction de montants en béton armé avec des briques creuses en terre cuite. Structure de l’intérieur vers l’extérieur : enduit 1 cm / briques creuses en terre cuite à grandes chambres, 30 cm / enduit extérieur 1 cm / colle 1 cm / plaquettes de briques en terre cuite 2 cm.

M. Drauth décrit la procédure de mesure comme suit : “J’ai cherché une valeur moyenne aux différents points (pas la plus haute / pas la plus basse) pour obtenir une mesure significative, ceci a de nouveau visé avec précision les différentes mesures, alors qu’auparavant les mesures changeaient relativement fortement dès que l’on s’écartait du point de mesure spécifique ; ceci s’est très bien stabilisé ! Actuellement, vous pouvez vous écarter de plus d’un demi-mètre du point de mesure sans que l’affichage ne change d’un dixième de degré !”

La série de mesures le prouve une fois de plus : ClimateCoating® augmente les températures de surface, et en même temps il y a une égalisation – la température de sensation augmente. En outre, l’humidité de la pièce est régulée et le mur est déshumidifié.

“Je suis un chauffagiste qualifié et je n’ai aucun problème à calculer une valeur U, mais, l’inertie de la masse n’est prise en compte nulle part, donc avec le climat et la construction ici, cela peut arriver plus souvent, par exemple à une température extérieure de 17°C ou plus et une humidité très élevée ; les occupants gèlent car le contrôle de la température extérieure coupe le circuit de chauffage.” Lorsque l’on pense au Portugal, on pense plutôt à la plage, au soleil et à la chaleur abondante – mais : au Portugal ou en Espagne, il y a aussi des hivers froids, selon la région.

“J’ai une véranda vitrée sur trois côtés (conservatoire) avec ClimateCoating® au plafond depuis le 13 mars 2008, j’ai constamment au moins 3 degrés de plus qu’à l’extérieur, quel que soit le temps qu’il fait dehors, presque toujours la porte coulissante ouverte à cause des animaux domestiques et un sentiment de bien-être comme jamais auparavant ; en revanche : chez tous les voisins, la cheminée fume !”.

Pour l’évaluation des résultats de mesure, M. Drauth a correspondu avec un expert en bâtiment de Berlin. La question était de savoir si la théorie de la valeur U était appropriée : ” Je ne peux qu’être d’accord avec ce que vous écrivez concernant la valeur U. Question : Pourquoi se sent-on plus à l’aise avec le ClimateCoating® lorsque la température ambiante est plus basse et pourtant la courbe de température dans la construction du mur devrait être moins bonne que sans ? En peignant la moitié du plafond, j’ai déjà remarqué l’effet, ce n’était définitivement plus un radiateur froid. D’après mes mesures, vous pouvez déjà constater qu’au moins la résistance de contact à l’intérieur doit être fausse, car j’ai eu des températures de surface égales à la température ambiante ou même supérieures ! Cela ne peut pas du tout être compris avec la méthode de calcul normale, et si je n’avais pas mesuré moi-même, je supposerais une erreur de mesure.”

Références Energy Master House 09

Maison du maître de l’énergie

Dans cette maison individuelle, la combinaison d’une construction solide avec ClimateCoating® ThermoProtect et d’un chauffage infrarouge avec ClimateCoating® ThermoPlus garantit un climat de bien-être exemplaire et une efficacité énergétique exceptionnelle. Les évaluations des mesures prouvent l’effet des gains solaires.

La maison maîtresse de l’énergie est située à Eidenberg, en Autriche, à 683 m d’altitude. Elle a des murs de 53 cm d’épaisseur en maçonnerie de 50 briques, enduits à l’intérieur et à l’extérieur. Le mur extérieur est revêtu de ClimateCoating® à l’extérieur et à l’intérieur, et les pièces sont chauffées par un plafond ou un système de chauffage infrarouge. Une description détaillée est disponible sur le site web www.energiemaster.at.

La combinaison d’une méthode de construction éprouvée et de systèmes et produits hautement efficaces crée un climat intérieur agréable et confortable. Le revêtement extérieur des murs réduit les pertes de chaleur et protège, entre autres, de la pluie battante. La combinaison du chauffage par rayonnement infrarouge et du revêtement intérieur réfléchissant l’infrarouge permet de réduire considérablement les coûts de chauffage grâce à un meilleur confort thermique.

Le concept mis en œuvre ici – en dehors du PV et de l’énergie solaire thermique – ne correspond pas vraiment à l’image théorique déformée fournie par certaines réglementations sur l’isolation thermique, y compris les calculs associés. Cependant : rien n’est plus honnête que la pratique. Ceci est illustré par l’exemple d’une évaluation de séries de mesures des gains solaires par le mur extérieur.

De 10h00 à 17h00 (les chiffres sont approximatifs), les effets de l’irradiation solaire sont observés de 09h00 à 15h00. Non seulement des gains solaires se produisent à travers les composants transparents (gains de chaleur à travers les fenêtres), mais il y a aussi des gains solaires à partir des composants opaques. Le mur en briques plâtrées est opaque (c’est-à-dire non transparent), il absorbe la chaleur qui est transportée vers l’intérieur. Il s’agit d’un flux de chaleur de l’extérieur vers l’intérieur en raison des gains solaires.

De 10h00 à 15h00, la température augmente de 10 cm sous la surface. De 13h00 à 17h00, une barrière thermique (chaleur = température + matériau) d’une hauteur telle que la température de la pièce ne dépasse pas la température de cette barrière. Sans un gradient de température, il y a selon. Première loi de la thermodynamique : pas de flux de chaleur. Cela signifie : aucune perte de chaleur par le mur extérieur pendant 4 heures à partir de 13h00.

Pour la théorie de la valeur U, on a fixé la fraction de stockage à 0 dans l’équation de conduction thermique de Fourier ; non pas parce qu’il en est ainsi dans la pratique, mais pour que la théorie puisse être calculée : q = U (θi -θe).

La Wikipedia censurée explique : “L’équation de définition suppose des conditions stationnaires et ne convient pas pour calculer la densité de flux de chaleur instantanée q(t) à des températures variables dans le temps. Par exemple, au cours d’un processus de chauffage, en raison de la capacité de stockage de la chaleur du composant, des effets de distorsion se produisent, qui ne sont pas pris en compte lorsque l’on tente de calculer les flux thermiques de surface à l’aide de l’équation. Dans le processus de refroidissement ultérieur, cependant, l’erreur se produit dans le sens inverse. Si le chauffage et le refroidissement sont symétriques l’un de l’autre, les deux erreurs s’annulent.”

De cette argumentation, on déduit qu’en fin de compte, cela ne fait aucune différence que le flux de chaleur soit considéré comme stationnaire ou transitoire. À cette fin, des graphiques de mesure sont présentés, où un cas transitoire est simulé au moyen d’une température modulée. C’est l’appareil de mesure approprié pour la théorie, mais la paroi extérieure est exposée à quelques variables d’influence de plus que la seule température extérieure.

Le temps n’est pas seulement une question de température extérieure. En outre, il existe parfois une grande différence entre la moyenne arithmétique et la moyenne géométrique (moyenne et médiane).

Le graphique d’évaluation des séries de mesures l’explique clairement : le processus de chauffage est plus rapide, le processus de refroidissement est plus lent. Ceci est illustré par les pentes des lignes jaunes et bleues (pas de symétrie). Ce retard est dû à la capacité de stockage. Cela signifie : gain d’énergie. ClimateCoating® ThermoProtect réduit les pertes d’énergie par la façade et favorise les gains solaires par le mur extérieur (“effets endothermiques”).

Jardin d'enfants à Vilnius 06

Jardin d’enfants à Vilnius

Maçonnerie double peau 2 x 11 cm, hivers froids. Au lieu d’une isolation de façade avec du polystyrène, sur les conseils d’un expert en bâtiment allemand : Isolation du noyau avec de la cellulose et ClimateCoating® à l’intérieur et à l’extérieur ; Golden Globe Award 2011

Résumé succinct
Le jardin d’enfants “Saules Gojus” (Sun Grove) est situé à la périphérie de Vilnius. Avec environ 500 m², la maison peut accueillir jusqu’à 45 enfants. Dans le cadre de la première phase de rénovation en 2004, une isolation centrale composée de flocons de cellulose a été soufflée dans la lame d’air des murs extérieurs. Dans la deuxième phase, l’intérieur et l’extérieur ont été peints avec la technologie de membrane thermocéramique ClimateCoating® pour améliorer l’isolation thermique. En conséquence, les coûts de chauffage ont été réduits et les temps de refroidissement prolongés – avec un meilleur confort thermique et un risque réduit de moisissure, même dans les zones à problèmes. En plus d’une protection durable du mur déshumidifié contre les intempéries, le revêtement protège contre le rayonnement thermique en hiver et le réchauffement en été.

Critères d’évaluation

  • Objectif du projet :
    réaménagement énergétique, max. Des résultats avec le petit budget d’une jeune entreprise familiale (efficacité économique), des matériaux de construction écologiques durables avec une sécurité structurelle-physique et sanitaire.
  • Approche innovante :
    ne pas faire ce que tout le monde fait autour – au contraire, combiner des technologies/systèmes, utiliser un revêtement actif en surface.
  • Coût/bénéfice :
    Une amélioration maximale du bâtiment à un coût financier modeste (voir aussi : objectif du projet), de longs intervalles de maintenance, l’objectif (bénéfice élevé à faible coût) a été atteint.
  • Multiplicabilité :
    En principe, oui, bien qu’il faille toujours examiner le cas individuel – dans ce cas, la particularité était l’isolation du noyau, d’autres combinaisons sont également possibles (cf. projet “ETICS en fibre de bois à Berlin”).
  • Durabilité environnementale :
    est donné à un degré élevé, des matériaux de construction toxiques et sans polluants, en conséquence des réductions d’émissions sont données.

Dans la première phase de la rénovation, les installations sanitaires et l’ensemble du système électrique ont été renouvelés et la maison a été adaptée aux besoins des enfants. Il était important d’améliorer l’efficacité énergétique des murs extérieurs, qui étaient en maçonnerie à double coque avec une lame d’air de 7 cm et une valeur U de 0,8 W/m²K. Bien que la valeur U ne soit pas le seul facteur décisif pour le bilan énergétique du bâtiment, c’est néanmoins un paramètre dont il faut tenir compte lorsque les températures hivernales avoisinent les -20°C.

L’expert a déconseillé de recouvrir la façade de panneaux de polystyrène comme ETICS, comme cela se faisait souvent et facilement dans tout le pays. Une raison importante est qu’il est considéré comme absurde de construire plus étanche de l’intérieur vers l’extérieur – d’autant plus quand on sait que les calculs selon les normes, y compris la méthode Glaser, ne produisent pas de résultats réalistes (Hauser, 2003).

La valeur U a pu être améliorée à 0,37 W/m²K par une isolation du noyau avec des flocons de cellulose EKOVATA, l’avantage décisif étant qu’au final, on dispose d’une construction murale entièrement capable de sorption avec une conductivité capillaire.

En février, les mesures de construction ont été discutées lors d’une inspection de la propriété avec les points focaux suivants : Imperméabilisation des fenêtres dans les combles, réfection de l’enduit de la façade, isolation des soffites, remplacement de la mousse sous les plaques de fenêtres, peinture de la façade et de l’intérieur, rénovation du pignon sud en bois, peinture des bandes du pignon en bois, réduction des vibrations du plafond à grille au-dessus du sous-sol.

Le 11.02.2007, il faisait -23°C à la périphérie de Vilnius. En moyenne, des températures ambiantes de 19°C et des températures de surface des murs de 16°C ont été mesurées. Les mesures effectuées à l’aide du pyromètre pour la mesure de la température sans contact ont montré des différences de température considérables au niveau de la surface des murs de la façade. Cela montre ce que signifie l’expression “gains solaires des composants opaques” : le flux de chaleur de 20°C à -10°C est inférieur au flux de chaleur de 20°C à -20°C.

Afin d’améliorer la qualité énergétique des murs extérieurs, l’expert en bâtiment a conseillé l’utilisation de ClimateCoating®. Les raisons en sont la protection contre la charge solaire en été, la compensation des ponts thermiques, la protection contre la pluie battante, l’amélioration du confort thermique. Les avantages pratiques ont donné raison à cette approche de planification, le rapport d’expérience suivant est explicite.

“Nous avons utilisé ClimateCoating® pour les travaux de rénovation de notre école maternelle au cours de l’été 2007, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Alors qu’au début nous devions réchauffer au milieu de la nuit et pendant la journée, la maison peut maintenant être maintenue au chaud avec deux chauffages, même à des températures de -20 (janvier 2009). Nous sommes ravis des propriétés : malgré les conditions extrêmes de la Lituanie, de -20°C en hiver à près de 30 degrés en été par rapport à l’Allemagne, le ClimateCoating® ne se décolore pas et aucune fissure n’est visible, ni sur le bardage en bois, ni sur le plâtre – un problème majeur de nombreuses peintures dans ce pays et observable à presque chaque coin de rue quand on se promène dans Vilnius.”

Maison individuelle à Erlenbach 01

Maison individuelle à Erlenbach

Dans cette maison unifamiliale, la combinaison d’une construction solide avec ClimateCoating® ThermoProtect et d’un chauffage infrarouge avec ClimateCoating® ThermoPlus assure une consommation d’énergie inférieure à celle de la maison voisine avec un “meilleur” coefficient U.

Il s’agit d’une maison unifamiliale. La construction du mur se compose de 24 cm de béton poreux, d’un total de 3,0 cm de plâtre à l’intérieur et à l’extérieur et d’un revêtement intérieur et extérieur avec Thermo-Shield (c’est-à-dire à l’extérieur avec ClimateCoating® ThermoProtect et à l’intérieur avec ThermoPlus).

Le chauffage est assuré par des panneaux radiants IR (infrarouge), qui consomment de l’énergie électrique primaire et offrent un meilleur confort thermique que tout chauffage par convection.

Le chauffage infrarouge installé ici, en combinaison avec le revêtement réfléchissant les IR ClimateCoating®, crée un maximum de confort et d’économie. Pour la période de mars 2008 à mars 2010, des coûts de chauffage inférieurs à 450 € par an ont été vérifiés.

En même temps, l’évaluation des résultats de mesure conduit la théorie de la valeur U ad absurdum. Il est prouvé analytiquement et métrologiquement que la valeur U, en tant que mesure primaire de la demande d’énergie de chauffage, est un produit fantaisiste.

La base de l’évaluation est un protocole de 2011 sur les mesures de la valeur U des murs extérieurs de plusieurs maisons unifamiliales avec différentes constructions de murs. Les mesures effectuées prouvent l’influence positive de ThermoPlus et ClimateCoating® ThermoProtect sur la résistance thermique des murs extérieurs.

La tâche des mesures était de prouver l’influence positive de ClimateCoating® sur les murs extérieurs avec différentes constructions de murs. En outre, il convient de déterminer le comportement de refroidissement ainsi que la phase de réchauffement de l’air et de la température du mur.

Les lieux de mesure étaient 2 maisons unifamiliales avec des constructions de murs différentes. Les mesures ont été prises sur le côté ouest de la maison, à une hauteur d’environ 3 à 5 mètres. Toutes les mesures ont été soumises à des conditions largement identiques, avec une différence de température entre l’intérieur et l’extérieur d’environ 15°C. L’appareil de mesure TESTO 635 et les capteurs PT100 ont été utilisés. La structure des murs de la maison voisine est constituée de béton cellulaire de 36,5 cm, la valeur U est ici en moyenne de 0,30 W/m²K, comme le précise également le fabricant dans son prospectus.

Du 20.02.2010 17:30 heures au 21.02.2010 9:00 heures, différentes variables ont été mesurées dans la pièce et à l’extérieur :

  • Température de l’air intérieur
  • Température de l’air extérieur
  • Température de la surface de la paroi intérieure
  • “la valeur U”
  • rh [%] ; probablement le rel. Humidité extérieure
  • Mat [%],l’humidité du matériau à l’endroit inconnu

Ici, entre autres, il faut se poser la question suivante : Qu’est-ce qui est mesuré ? Est-ce vraiment la température de l’air ambiant ? La température de la surface du mur augmente car le chauffage IR émet un rayonnement thermique. En plus du rayonnement primaire, le rayonnement secondaire a également un effet. C’est la raison pour laquelle même les surfaces murales cachées qui ne sont pas dans le cône direct du chauffage, par exemple derrière un fauteuil, deviennent plus chaudes.

Le capteur de la température de l’air ambiant n’affiche donc pas la grandeur mesurée réelle, mais une valeur plus élevée. En effet, il est rayonné de la même manière et donc chauffé.

Lorsqu’il s’agit de processus de rayonnement, la théorie de la valeur U n’a pas sa place. Il ne fait qu’ajouter à la confusion et à la dilution plutôt que d’apporter une contribution explicative modèle. Cela est dû au fait que les processus de radiation sont étrangers à la nature de la théorie de la valeur U.

La température de l’air ambiant n’est pas la variable déterminante en matière de processus IR. Il s’agit de la physique des rayonnements dans la gamme de longueur d’onde autour de 10 µm dans les cas suivants :

  • – surfaces revêtues de la technologie des membranes thermocéramiques (réflexion IR)
  • – Chauffage avec des systèmes de chauffage basés sur le principe du rayonnement thermique (chauffage IR)
  • – la combinaison du chauffage IR et du revêtement réfléchissant IR

En combinant le chauffage IR avec le revêtement ClimateCoating®, les occupants de la maison unifamiliale d’Erlenbach ont atteint un haut degré d’efficacité énergétique grâce au confort (températures de surface plus élevées, plus de symétrie des températures), à un réchauffement plus rapide, à un refroidissement plus tardif, le tout avec une valeur U “plus mauvaise” que la maison voisine.

Depuis 2015, on pouvait lire sur thermoshield-farben.de : ” Pour la période de mars 2008 à mars 2014, des frais de chauffage inférieurs à 450 € par an sont prouvés. Par rapport à une maison passive selon EnEV2009. 30% de frais de chauffage en moins, 20% de frais de construction en moins, 50% de frais d’entretien en moins.” Cela contredit la théorie de la valeur U, mais c’est la pratique.